• Virginie

     

    Cha fait ein an ou deux qu’elle habite dins m’quartier
    Je n’sais pos grand queoss’ d’elle, sauf que j’conneos s’métier,
    Vu qu’i-est marqué in p’tit, au d’zeur de s’ boîte à lettes :
    Infirmière, qu’on peot lire si on a d’beonnes leunettes,
    Et puis à domicile, c’qui veut dir’ que ç’t’infant
    Ch’est dins l’maseon des gins qu’i déploie ses talents,
    Et neon dins ces chités si pau… hospitalières
    Duqu’t’es ein liméreo, ein dossier qu’on opère.

    Tous les jours au matin, elle passe ed’vant m’maseon :
    Elle va quère es’ carette, qu’elle gare ein peo pus léon ;
    I-est six heur’s et d’mi pile, au clotier l’horloch’ seonne
    Et dins no ru’ alors i n’a cor mi perseonne :
    Virginie, matinale, elle est d’jà là pourtant
    Avec ein p’tit gilet pa d’zeur s’tablier blanc.

    Aujord’hui comme toudis, s’jornée s’ra bin rimplie
    Et vu qu’on est saim’di, feaudra pos qu’elle oublie
    Ed’ printe à l’pharmaç’rie tout ç’qu’i feaut pou Léon
    Que s’feimme elle vient d’morir et qui-est là dins s’maseon
    Tou seu, désimparé, qui n’a même pus l’invie
    D’aller jusqu’à s’gardin. Ni d’passer vir Sylvie
    Qui-est rev’nue de l’clinique, qu’on li a tout inl’vé,
    Et qui n’ara jamais ç’t’infant tant désiré…

    Et d’piqûre in lav’mint, d’cataplass’ in toilette,
    Qu’i fass’ bieau ou qu’i gèle, in s’maine ou quand ch’est fiête,
    Virginie, ch’est s’bonheur d’aller porter aux gins
    Ein p’tit morcieau de s’cœur : ch’t’ein beon médicamint !

                                                                     Juillet 2006
                                                             2ème prix Prayez 2006